Cpasbien
Top Films
AccueilJeux › cpasbien Final Exam (2013) - Jeu vidéo

Final Exam (2013) - Jeu vidéo

Jeu vidéo de Mighty Rocket Studio et Focus Home Interactive Xbox 360, PC et PlayStation 3 Beat'em all et action 5 novembre 2013

Jeu d'action suivant un groupe de 4 potes se retrouvant isolés dans une petite ville envahie par des créatures monstrueuses particulièrement agressives.

Final Exam (2013)  - Jeu vidéo
Seed:
1054
Leech:
369
Catégories:

A la base, Final exam devait être plus ou moins le troisième titre de la série Obscure, survival-horror sorti au milieu des années 2000 par Hydravision. Se démarquant bien trop par l’ambiance, Mighty Rocket Studio, le nouveau studio en charge de la licence composé d’ancien d’Hydravision, a décidé de retirer le titre de la marque Obscure pour en faire un jeu à part. Beat-them-all ambiance teen horror movie, voyons voir si ce l’Examen Final arrive à la cheville des cadors du genre tel que Double Dragon ou plus récemment Castle Crashers.

Je vous avouerai, je n’ai pas tout suivi la trame de l’histoire. En gros, des vilains pas beaux mutants attaquent votre ville et vous allez devoir leur tataner la gueule. Pad en main, vous allez marteler votre bouton X pour venir à bout de tout ce beau monde. Avant cela, vous allez devoir choisir votre personnage parmi quatre, chacun ayant son point fort : le joueur de football américain ira plutôt au corps à corps, pendant que l’intello se spécialisera dans les explosifs et le beau gosse dans les armes à feu. Enfin, l’unique fille sera plutôt polyvalente. La première chose qui choc dans le jeu, notamment au début, c’est le nombre d’attaques limité. Si la plupart des jeux vous offrent au moins deux attaques au corps à corps, ici vous n’en n’aurez qu’une. Certes vous avez aussi une arme à feu et un explosif (grenade, cocktail molotov, etc.) mais ça fait tout de même léger. Surtout dans les premiers niveaux où votre personnage n’a aucune aptitude et compétence, les combats en deviennent rapidement très mous. Heureusement, au fur et à mesure, après chaque niveau, vous allez pouvoir débloquer des aptitudes, communes à chaque personnage et des compétences bien différente d’un perso à l’autre. Les aptitudes vont vous offrir de nouveaux coups, comme des coupss chargés et puissants, pouvoir taper plusieurs fois dans les airs, taper contre le sol un adversaire que vous avez attrapé, etc. Les compétences elles ne pourront s’activer que si votre barre de rage est suffisamment remplie. Pour cela, il vous faudra taper du mutant à tout va. Les points de compétence s’obtiennent en terminant un niveau. Plus votre score sera élevé, plus vous obtiendrez de points. Pour cela, pas de mystère, vous allez devoir faire des combos pour gagner des points : plus vous utilisez d’attaques différentes, plus le nombre de point gagné sera important. De plus, il sera possible de valider un combo à tout moment, si vous jugez la situation trop dangereuse, puisqu’un simple coup subit vous fait perdre la totalité du combo en cours.

Là où final exam se démarque des Double Dragon et autre jeux du genre, c’est que chaque niveau se déroule sur une grande carte ouverte et non un énorme couloir. Votre objectif ne sera jamais d’aller d’un point A à un point B, mais plutôt réaliser des missions comme réalimenter une rame de métro ou retrouver les enfants d’une classe en pleine sortie scolaire dans un parc d’attraction. Si on ne trouve au final que quatre cartes pour les huit missions du jeu, la diversité des objectifs secondaires ainsi que les quelques situations inédites évitent une trop grande monotonie. Si vous visitez à fond chaque map, indispensable pour la bonne évolution de votre personnage, puisque des points de caractéristique sont gagnés si vous trouvez toutes les armes et toutes les canettes de boisson énergisantes, vous pourrez augmenter l’une des quatre caractéristiques (force, vie, précision et explosif) de votre avatar.

Graphiquement très agréable, notamment avec un jeu de lumières très bien géré, c’est surtout la direction artistique qui donne le ton au jeu, que ce soient les quatre personnages jouables, qui sont de grosses caricatures d’étudiants américains comme on en voit dans les films/séries ou les cartes qui sont vraiment réussies, mention spéciale au parc d’attraction. Si l’on ajoute à cela les quelques phases spéciales (le passage sur le toit du métro ou l’on se déplace en profondeur, le shoot sur le toit de l’école, hommage à peine déguisé à Space Invaders ou les sessions à dos de moustique mutant comme dans Rayman) tous ces points font de Final Exam un jeu agréable et font oublier ses quelques défauts. Le premier est la diversité des ennemis qui est un peu ridicule : il ne doit pas y en avoir plus de cinq, boss non-compris. Les combats contre les boss ne sont vraiment pas folichons et enfin, comme dit plus haut, le jeu est particulièrement mou dans la première heure de jeu.

Conclusion

Final Exam s’avère être une bonne surprise. Plutôt joli et surtout bousculant le genre, il est très agréable de parcourir le jeu… à plusieurs. Seul, le jeu perd beaucoup de son intérêt (certaines phases sont vraiment faites pour être jouées en multi). On pourra quand même regretter une certaine monotonie et la trop grande réutilisation de certaine carte. Enfin, à noter le faible nombre d’ennemis différents. Mais pour une dizaine d’euros, on ne va pas lui en vouloir.