Cpasbien
Top Films
AccueilFilm › cpasbien House of Time - Film (2016)

House of Time - Film (2016)

Film de Jonathan Helpert Fantastique 1 h 26 min 13 janvier 2016

Robert d’Eglantine, un créateur de jeux vidéo, spécialiste de physique quantique, invite des amis dans son château perdu dans la campagne afin de leur faire partager une expérience… Selon ses calculs, à 23h37, une faille s’ouvrira dans le continuum espace-temps, et les projettera 70 ans en arrière, en mai 1944, en pleine occupation allemande. Jeu de rôle savant ou véritable voyage dans le temps ? Les événements qui se dérouleront au cours de leur séjour pourraient changer le cours du temps…

House of Time - Film (2016)
Seed:
1148
Leech:
402
Catégories:

Un huis presque clos dans une grande maison transférée avec ses occupants de 2014 à 1944, une ambiance anxiogène qui monte en tension et une ambiguïté sur la véracité de ce voyage temporel de par la nature du principal initiateur de cet événement : Robert. En effet, Robert (mon petit Robert) organise visiblement régulièrement des sortes d'Escape Rooms et autres GN et tous les protagonistes pensent, du moins au début, que c'est encore un de ses jeux.

Voilà pour le petit potentiel. Mais les quelques tentatives de sauver les meubles sont dynamités par le jeu d'acteur complètement surjoué (mention spéciale aux sourcils élastiques de Robert), des événements et autres "rebondissements" téléphonés de Province et prévisibles à 1000 lieues à la ronde et un second degré pas assez assumé.

Pour moi, l'exemple flagrant en est la pseudo justification scientifique de la faille temporelle : le champ magnétique du soliton est isolé du reste des champs magnétiques, y compris celui de la gravité. Dès qu'on a 1 ou 2 années de sciences post-bac, on se rend compte facilement que c'est complètement bidon et soudain, ma main est devenue le pôle nord d'un aimant et mon front le pôle sud !

Que les scénaristes ne prennent pas cela au sérieux, OK, mais à ce moment-là, il faut assumer la chose jusqu'au bout et suivre le fil de son délire. Ce n'est pas le cas. Parmi tout le premier degré de l'histoire, il y a quelques vannes plus ou moins à propos ("On passe au dessert ?") mais le ton du film est bancal la plupart du temps. Soit on prend le film au premier degré et il est raté, soit on le prend au 2ème degré et il ne va pas assez loin.

Dans tous les cas, on a un film voulant jouer avec le spectateur sur les limites de la réalité mais on se retrouve avec un téléfilm surjoué. Tout n'est pas à jeter mais heureusement que je suis allé le voir grâce à des invitations via SensCritique !

PS : le Robert est censé être développeur de jeux vidéo mais à aucun moment ce n'est mentionné dans le film, uniquement dans le synopsis. Mais bon, en même temps, un développeur de jeux vidéo spécialiste en physique quantique, ça n'existe pas (ç'aurait pu être moi mais je n'ai jamais développé de jeu vidéo :o)