Cpasbien
Top Films
AccueilJeux › cpasbien Edge of Nowhere (2016) - Jeu vidéo

Edge of Nowhere (2016) - Jeu vidéo

Jeu vidéo de Insomniac Games PC Action-Aventure et plateforme 6 juin 2016

Voyagez aux confins des montagnes de l'Antarctique à la recherche d'une expédition disparue. Ce qui semble être une mission de sauvetage va prendre un tournant inattendu à mesure que vous vous enfoncez plus profondément dans l'inconnu, et découvrez un monde irréel qui testera votre ingéniosité et votre santé mentale. Escaladez d'immenses montagnes et utilisez des armes de fortune pour survivre et éviter de sombrer dans la folie. Dans "Edge Of Nowhere", on ne peut se fier aux apparences et l'inattendu vous attend à chaque tournant.

Edge of Nowhere (2016)  - Jeu vidéo
Seed:
982
Leech:
344
Catégories:

L'opportunisme caractérisant la plupart des projets de la scène réalité virtuelle aura sans doute contaminé Insomniac, qui nous délivre ici une énième réinterprétation des Montagnes hallucinées de Lovecraft.

Difficile de dissimuler mon désamour marqué pour la vision très alimentaire du jeu vidéo selon Insmoniac, déjà largement illustrée par la pauvreté vidéoludique relative des jeux de la série Resistance, qui ne sont parvenus à susciter en moi qu'un profond ennui. Patchwork de boucles de gameplay en sous-nombre, très superficielles et sans évolution notable au fil d'aventures à la durée rachitique, leur jeux sont aussi bourratifs et insipides qu'un sandwich au pain.

Edge of Nowhere ne déroge bien entendu pas à la règle et met en exergue cette philosophie du game design que je conchie. L'indigence générale qui caractérise cette expérience VR ne peut que sauter au visage du joueur tant il se sentira floué après 5h de grimpettes insipides, émaillées ça et là de séquence d'infiltration basiques et ennuyeuses et de quelques scènes uncharted-esque où la fuite est à privilégier face au nombre. L'encéphalogramme du patient, d'une platitude qui travestirait presque un hollandais en montagnard ne se relèvera qu'en de très rares occasions, grâce à quelques très rares passages relativement bien ficelés qui m'ont permis de constater que les développeurs se souvenaient parfois que le jeu était destiné à la VR.

Il n'y aura guère qu'un scénario cousu de fil blanc pour pousser le jour las vers un dénouement mollement enthousiasmant, sans doute-étais-je victime d'un début de syndrome de Stockholm.

Et c'est là que je m'adresse à la communauté de possesseurs de casques VR (dont je fais désormais partie) : arrêter d'encenser tout et n'importe quoi. La pauvreté de l'offre logicielle ne vous permet pas de porter ce genre de productions paresseuses au rang de bon jeu. Sorti sur les canaux de diffusion habituels, ce genre de produit ferait l'objet d'une violente vindicte populaire. Alors s'il vous plaît : respectez-vous et faites preuve de discernement.